benjamin-graham-investisseur-intelligent

“L’Investisseur Intelligent” est un livre écrit par Benjamin Graham qui définit les principes de l’investissement en actions.

Il propose une approche rationnelle et mathématique pour évaluer les actions et les investir à long terme. Il prône une stratégie d’investissement qui consiste à acheter des actions de sociétés sous-évaluées en se basant sur des critères fondamentaux tels que leur bénéfice, leur bilan et leur potentiel de croissance. Le livre l’investisseur intelligent est considéré comme un classique de l’investissement et a influencé de nombreux investisseurs célèbres, notamment Warren Buffett. Benjamin Graham, considéré comme le père de l’investissement value, a profondément marqué le monde de la finance avec son livre L’Investisseur Intelligent.Publié en 1949, cet ouvrage s’est imposé comme une bible pour les investisseurs, offrant une approche rigoureuse et disciplinée pour investir à long terme.

L’Investisseur Intelligent distille la sagesse de Graham en une série de principes fondamentaux, dont :

  • Investir dans la valeur : Privilégier les actions dont le prix est inférieur à leur valeur intrinsèque, en se basant sur une analyse financière approfondie.
  • Avoir une marge de sécurité : Acheter des actions à un prix suffisamment bas pour minimiser les risques et maximiser le potentiel de gain.
  • Se concentrer sur le long terme: Ignorer les fluctuations à court terme du marché et se concentrer sur la performance à long terme.
  • Maîtriser ses émotions: Laisser la peur et la cupidité influencer ses décisions peut mener à des erreurs coûteuses.
  • Avoir une approche disciplinée: Suivre un plan d’investissement rigoureux et cohérent.

L’ouvrage est divisé en cinq parties:

  1. Principes d’investissement : Les bases de l’investissement value, y compris la marge de sécurité et le concept de Mr. Market.
  2. L’investisseur intelligent : Les qualités et les comportements nécessaires pour réussir en bourse.
  3. Opérations d’investissement : Techniques d’analyse d’actions et de sélection de titres.
  4. Politiques d’investissement : Stratégies pour gérer un portefeuille d’investissement.
  5. L’investisseur et ses conseillers : Conseils pour choisir et travailler avec des professionnels de la finance.

L’Investisseur Intelligent est un livre dense et exigeant, mais sa richesse en fait un trésor inestimable pour les investisseurs sérieux. Il offre une vision intemporelle de l’investissement, applicable à tous les types de marchés.

Qui est Benjamin Graham ?

Benjamin Graham était l’un des plus grands penseurs en matière d’investissement de tous les temps. Après que sa mère, devenue veuve, ait perdu tout son argent lors du krach financier de 1907, sa famille est tombée dans la pauvreté. Pourtant, Graham a renversé la situation. Après avoir étudié à l’université de Columbia, il a travaillé à Wall Street, passant de commis à analyste puis associé avant de diriger sa propre société d’investissement. Il a ainsi accumulé une foule de connaissances historiques et psychologiques sur les marchés financiers, sur plusieurs décennies. Et il a partagé ces connaissances dans son livre, L’investisseur intelligent. Lorsque Benjamin Graham a commencé à travailler à Wall Street en 1914, la plupart des investissements prenaient la forme d’obligations ferroviaires. Les actions des entreprises, telles que nous les connaissons aujourd’hui, étaient destinées aux initiés plutôt qu’au grand public et étaient considérées comme des investissements très risqués par rapport aux obligations. Cette impression n’a été que renforcée par le grand krach de 1929 et la dépression qui s’en est suivie. Cependant, l’accent mis par Graham sur la valeur des entreprises, par opposition à la spéculation sur les actions  a montré qu’il était possible pour les gens ordinaires d’investir judicieusement sans se laisser emporter par l’hystérie du marché.

Comment être un investisseur intelligent ?

Dans “L’investisseur intelligent”, peu de temps est consacré à la technique d’analyse des titres. Il met plutôt l’accent sur les principes d’investissement et l’attitude des investisseurs. Bien que “L’investisseur intelligent” ait été publié pour la première fois en 1949, les principes sous-jacents d’un bon investissement ne changent pas d’une décennie à l’autre. Par conséquent, dans “The Intelligent Investor”, Benjamin Graham vise à nous enseigner trois choses : Comment minimiser les risques de subir des pertes irréversibles / Comment maximiser les chances de réaliser des gains durables /  Comment surmonter les modes de pensée autodestructeurs qui empêchent souvent les investisseurs d’atteindre leur plein potentiel. Pour être un investisseur intelligent, vous devez être patient, discipliné et désireux d’apprendre de nouvelles choses. Vous devez également être capable de contrôler vos émotions et de penser par vous-même.

Investissement vs spéculation

Graham conseille aux investisseurs de séparer l’investissement et la spéculation. La spéculation consiste à prendre des décisions sur le prix du marché, en espérant que quelqu’un paiera plus que vous à une date ultérieure. La spéculation implique la sélectivité à court et l’investissement implique une sélectivité à long terme. Graham souligne que l'”intelligence” dont parle le titre du livre n’est pas du type “intelligent” ou “astucieux”, mais se rapporte davantage au caractère de l’investisseur : il ne s’agit pas d’une personne à la recherche d’un profit rapide, mais d’une personne ayant une vision à long terme et soucieuse de préserver son capital, qui peut rester ferme sur ses principes d’investissement face à un marché dominé par l’émotion.

Dans quelles valeurs investir selon Benjamin Graham ?

Graham a fait remarquer que les perspectives à long terme d’une entreprise ne peuvent jamais être qu’une supposition éclairée. Si ces perspectives sont suffisamment claires, elles se reflètent déjà dans le cours de l’action de l’entreprise. C’est la raison pour laquelle les actions de “croissance” sont souvent chères et qu’il est rare de trouver une bonne valeur dans les entreprises “sexy” que tout le monde aime. Graham pensait qu’il valait mieux investir dans des entreprises qui n’avaient pas fait l’objet de prévisions spectaculaires, des entreprises “ennuyeuses” qui sont négligées et sous-évaluées. Il a fait remarquer que lorsqu’une entreprise perd du terrain par rapport à l’ensemble du marché, les spéculateurs jettent une ombre sur ses actions et la considèrent comme sans espoir. L’investisseur intelligent, cependant, se rendra compte qu’il s’agit d’une réaction excessive. L’entreprise vend encore des produits, détient une certaine part de marché et pourrait se redresser.

L’inflation et les bons actifs

Si vous recevez une augmentation de 5 % dans une année où l’inflation est de 10 %, vous avez subi une baisse de salaire de 5 %. L’inflation est une bonne chose pour la dette publique, car elle devient moins chère avec l’inflation. Pour l’investisseur, l’élément clé de l’inflation est qu’elle doit être prise en compte pour comprendre les rendements réels. L’investisseur intelligent montre que la valeur de tout investissement est fonction du prix que vous payez pour celui. La principale leçon à tirer de Bnejamin Graham est de comprendre que les bons actifs peuvent être surévalués et que les mauvais actifs peuvent être sous-évalués. Pour comprendre la valeur intrinsèque, nous devons examiner certaines mesures clés, en particulier le ratio capitalisation sur bénéfices

L’investisseur défensif

L’investisseur défensif n’est pas disposé à consacrer du temps et des efforts. Au lieu de l’approche active, l’investisseur recherche un portefeuille qui nécessite un minimum d’efforts et de suivi. Les actions ont pour avantage de vous protéger contre l’inflation et de vous offrir un taux de rendement supérieur à celui des obligations ou des liquidités à long terme. Il faut choisir des sociétés importantes et sures qui versent des dividendes depuis 20 ans et dont le ratio cours/bénéfice est inférieur à 20.  Il ne faut pas sélectionner les valeurs de croissance car elle comporte un aspect spéculatif et sont chères et risqués. La règle de Graham pour l’investisseur conservateur est de maintenir une répartition d’environ 50 % de ses fonds en obligations de haute qualité  et 50 % en grandes entreprises de premier plan, financièrement conservatrices, qui ont un historique de paiement continu de dividendes et dont le prix ne dépasse pas 25 fois les bénéfices annuels. Lorsque le marché semble dangereusement élevé, vous pouvez réduire votre exposition aux actions ordinaires à moins de 50 %, ou dépasser les 50 % dans un marché baissier pour acquérir des actions à bas prix mais de bonne qualité. Cette formule permet à l’investisseur de ne pas se laisser influencer par l’hystérie du marché, tout en lui donnant accès à des rendements potentiels plus élevés. Lorsque le marché baissera, note Graham, il se sentira bien par rapport à ses amis plus audacieux qui ont investi massivement dans les actions.

L’investisseur actif

La principale différence entre l’investisseur défensif et l’investisseur actif est la volonté de l’investisseur de faire l’effort nécessaire pour investir de manière plus agressive. L’investisseur actif a plus de temps et de l’expérience. Il s’agit d’une approche active qui exige une attention et un suivi constants. L’objectif de l’investisseur actif est d’obtenir un taux de rendement supérieur à la moyenne. L’investisseur actif dispose d’une plus grande marge de manœuvre pour tenir compte de l’évaluation. Le rééquilibrage du portefeuille peut être ajusté en fonction de l’attrait de la valorisation d’un actif. Le prix d’une action de croissance reflète généralement la croissance attendue, et cette croissance est, bien souvent, surestimée par les marchés. L’investisseur en choisissant les valeurs de croissance devra donc choisir les actions encore peu populaires pour bénéficier d’un meilleur prix. La sagesse conventionnelle veut que si vous êtes prêt à prendre des risques plus élevés, vous obtiendrez des rendements plus élevés. Graham rejette cette idée et affirme que les rendements élevés ne sont pas nécessairement liés au risque, mais plutôt au fait de consacrer plus de temps et d’efforts à l’investissement. Pour ceux qui décident de choisir eux-mêmes leurs actions, mais qui ont besoin d’une marge de sécurité, les conseils de Graham sont les suivants : Rechercher des sociétés qui versent régulièrement des dividendes depuis 25 ans environ, Ne pas investir dans des sociétés dont le ratio cours/bénéfice est supérieur à 10 ; Lorsque vous examinez le rapport annuel d’une société, séparez les bénéfices et les pertes non récurrents ou “uniques” des résultats d’exploitation normaux ; N’investissez pas dans un “secteur”, mais dans des entreprises.

L’investisseur intelligent de Benjamin Graham en résumé

L’investisseur intelligent montre que l’achat d’actions à bon marché signifie trouver des actions qui se vendent à un prix inférieur à leur valeur intrinsèque. Vous pouvez vous concentrer sur les grandes entreprises qui traversent une période d’impopularité. Vous pouvez aussi vous concentrer sur des petites entreprises sous-évaluées pour les mêmes raisons. La meilleure affaire est une société bien établie dont le prix est bien inférieur à son cours historique moyen et à son ratio cours/bénéfice moyen passé. Se demandant s’il existait des règles d’investissement qui avaient résisté à l’épreuve du temps, il a noté que la plupart des règles relatives à des types particuliers de titres  n’étaient plus valables, tandis que celles relatives à la nature humaine ne changeaient pas, telles que “Achetez lorsque la plupart des gens sont pessimistes, et vendez lorsqu’ils sont trop optimistes”. Tout change, y compris les entreprises, les réglementations et l’économie, mais les gens ne changent pas, et ce sont eux qui font tourner les marchés. Découvrez mes autres articles et mes autres rubriques.